NUMERO 392 – 15 Février 2018

6,64 €

Secousse sur les marchés financiers après la nomination de Jerome Powell à la présidence de la banque centrale américaine. Le Banquier anonyme explique comment les banquiers centraux placent la dynamite. Loin de la propagande ambiante, des chiffres parlant et que les médias taisent. Le bloc eurasiatique et ses clients accélèrent la perestroïka de l’Ouest. Russie et Chine entendent faire de l’or et de l’argent métal la composante majeure du futur paradigme économique. Et pour quel système les Rothschild ont-ils opté ?

[Début du numéro]

Depuis la parution de notre dernier numéro, une violente secousse est survenue sur les marchés financiers, suite à une flambée des taux d’intérêt sur les taux à 10 ans américains. La répercussion fut mondiale et le scénario de l’INFLATION fait désormais l’objet de très nombreux commentaires, de la part de l’ensemble des médias financiers.

Notre lecteur n’en sera pas surpris, puisque la lettre confidentielle LIESI avait averti : c’est la prochaine étape à subir. Elle emportera tout sur son passage ; elle traduira matériellement le dérèglement sociétal et religieux, exactement comme la météorologie mondiale…

Dans un article sur le nouveau site de LIESI, nous avons rappelé un extrait du numéro 369 (du 28 février 2017). C’était, il y a presque un an, jour pour jour ! Nous écrivions :

« Vient maintenant l’étape suivante : déclencher la ruine des Etats pour introduire un autre Système monétaire et bancaire. Et pour ce faire, une ‘‘bonne crise majeure’’ (comme l’évoquait David Rockefeller en septembre 1994) est en préparation. Nous préviendrons de son avènement deux mois avant. »

Nous approchons de cet avertissement, mais nous n’y sommes pas encore… Les sectateurs de Satan ont cependant envoyé un message bien lisible, le vendredi 2 février, lorsque l’indice DOW JONES a perdu 666 points : « C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête car c’est un nombre d’homme et ce nombre est 666 » (Apoc. XIII, 18). Curieusement, cet effondrement est survenu peu de temps après la publication, par le président Trump, du Mémo Nunez FISA, révélant le miasme de pourriture entourant le réseau Clinton, Obama, allié au FBI… Comme si certains oligarques avaient pris peur et étaient rapidement sortis du marché financier, provoquant un plongeon de 10%. Un événement similaire avait eu lieu en 2008, révélé par le représentant Paul Kanjorski. Il portait alors sur 550 milliards de dollars. Les banques de Wall Street avaient essayé d’endiguer la panique en injectant 105 milliards de dollars, mais sans succès, comme l’histoire l’a retenu.

[...]