ETATS-UNIS CONTROLE DU CADRE INSTITUTIONNEL

9,48 €

“Ce qui est illégal, nous le faisons immédiatement. Ce qui est inconstitutionnel, nous demande un peu plus de temps”.  (Henry Kissinger)

Il y a trois ans, nous avions publié De l’intimidation des populations vers des régimes d’exception. Dans cet ouvrage, non seulement nous confirmions l’analyse des attentats orchestrés le 11 septembre 2001 par l’administration bushiste, probablement par l’Opération Lys d’or, mais encore , nous avertissions du danger de dictature aux Etats-Unis.

Quantity

Paiements 100% sécurisés

Notre rédaction s’interrogeait en effet sur ce fait étonnant : les élites néo-conservatrices de l’administration Bush furent « initiées » à l’université de Chicago, dans les années soixante-dix, par un certain Leo Strauss. Information banale en soi, sauf si l'on y ajoute ce petit détail : Leo Strauss ET Carl Schmitt furent les hommes choisis par Hitler pour mettre en place le cadre juridique, constitutionnel, à partir duquel les nazis purent « légitimer » leur Reich et, finalement, leur  dictature en Allemagne !

 

En ce début 2006, la tactique employée par les « juristes » de l’actuelle administration américaine ressemble très étrangement à celle d’hier. On s’inscrit donc dans la continuité de ce que nos publications mettaient en avant… dès la fin de l’année 2001, époque de la création de la lettre confidentielle LIESI.

 

Le 20 décembre 2005, lors d'une conférence de presse à bord d'Air Force Two, D. Cheney se livra à une défense éhontée du pouvoir exécutif absolu pour le président américain, rejetant la « séparation des pouvoirs » mandatée par la Constitution. Il alla même jusqu'à dénoncer comme anticonstitutionnel le « War Powers Act », la loi sur les pouvoirs de guerre qui confère au Congrès la décision de déclarer la guerre. Il avoua qu'il était arrivé au pouvoir avec la détermination d'éliminer les garde-fous contre un exécutif excessif, votés par le Congrès et décrétés par les présidents Gerald Ford et Jimmy Carter après le scandale du Watergate et les révélations sur l'espionnage illégal de citoyens américains par le gouvernement.

 

 

 



TABLE DES MATIÈRES

 


Introduction

UN CONTEXTE DE DESTITUTION

CRI D’ALARME DU SKULL AND BONES JOHN KERRY !

Albert Gore dénonce le totalitarisme qui s’abat sur les Etats-Unis

CONCLUSION

 

ANNEXE I

« Le sulfureux Carl Schmitt » et la doctrine de « l'exécutif unitaire »

 

ANNEXE II




 

Format A4 – 85 pages